Nous dédions cette chanson à notre ami Marco, marin, musicien et ancien du Doudart de Lagrée.

Paroles Pierre Guillemot Musique traditionnelle

"Tous droits réservés" ©

Au revoir l’île Maskali, le café de Paris

Les brouteurs de feuilles de kath, le marché aux voleurs

Mécanicien, bouchon gras, les machines sont en bas

Je ne verrai pas l’horizon estomper Sushana

 

Refrain

Le soleil écrase le port, branle-bas sur le bord

C’est bientôt l’heure du départ pour ce bon vieux Doudard

Un million d’milles dans la peau, une vie d’aviso

Avec lui on ref’ra encore, la route de Djibout à Diégo

 

Au revoir le quai aux boutres, hanté par le vieil Henri

Un remorqueur nommé Rimbaud a tué la poésie

Le bar du Palmier en zinc, ne parle plus qu’aux fous

Larguons les rêves qui déglinguent, Obock est devant nous

 

Refrain

 

Voici la corne de l’Afrique, au rythme des Pielsticks

Enfin l’océan, le large, le ciel, le bleu, le vent

L’océan indien c’est notre jardin

Escale à Maurice ou Mayotte, paradis de la flotte

 

Refrain

 

Fin de quart, on a du temps, rencart dans l’poste avant

Le gars Marco prend sa guitare, « Mon p’tit garçon » à la barre

Un chouf assoiffé sentant la tempête se lever

Débouche un carnet de chansons ramené d’son coqueron